Revue 83 - Franc-maçonnerie cette nuisance occulte II

€9,00

Taxes incluses

Civitas

Disponible dès maintenant!

REVUE EN PREVENTE LIVRAISON MI-JANVIER

Vous avez aimé la lecture de la revue 82 ? Vous allez apprécier doublement la revue 83, suite passionnante de ce dossier sur la « franc-maçonnerie, cette nuisance occulte », un « sujet qui est loin d’être épuisé » ainsi que l’écrit fort justement dans son éditorial le président de Civitas, Alain Escada :  

« Le sujet est à ce point vaste que nous sommes loin de l’avoir épuisé en deux numéros consécutifs de la revue… Plus on s’intéresse à la franc-maçonnerie, plus on découvre à cette pieuvre de nouveaux tentacules. Mais c’est davantage encore le caractère maléfique et pervers de cette secte qui doit retenir l’attention, et son obsession à diriger dans l’ombre. ‘Le monde est gouverné par de tous autres personnages que ne l’imaginent ceux dont l’œil ne parvient pas derrière les coulisses’, écrivait déjà en 1884 Benjamin Disraeli, qui fut ministre franc-maçon du gouvernement britannique et même Premier ministre de la reine Victoria »

Pour mieux appréhender cette secte tentaculaire, le comité de rédaction de la revue Civitas a ouvert les colonnes de ce numéro 83 à la lettre confidentielle Faits et Documents qui traite régulièrement de l’action de la franc-maçonnerie en politique, à un ancien franc-maçon de haut grade, Karl Van der Eyken, à l’essayiste français, docteur en science politique et spécialiste du mondialisme, Pierre Hillard et à l’écrivain Roland Thévenet, agrégé de Lettres modernes et professeur de communication.

Les deux derniers articles présentent un aspect mal connu : les rapports entre nazisme et maçonnerie.

N’hésitez pas, pour ceux qui ne l’ont pas encore lue, à vous procurer la revue n° 82 qui contient la Ière partie de ce dossier passionnant.

La lecture de ce numéro de la revue de Civitas donnera à ses lecteurs des armes intellectuelles afin de mieux combattre la Franc-maçonnerie dans toutes ses excroissances au sein de la société, et la ferme conviction qu’il faut, avec Civitas, en réclamer l’interdiction, étape indispensable pour restaurer la France.